Pour toutes les filles et femmes lesbiennes, bisexuelles, bi-curieuses ou juste curieuses
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LA VIE D'A et si les cheveux bleus cachaient la nullité ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zzel
Fraîchement débarquée
Fraîchement débarquée


Messages : 79
Points : 359
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 53

MessageSujet: LA VIE D'A et si les cheveux bleus cachaient la nullité ...   Sam 5 Oct - 10:27

Vu hier soir et j'adhère à 100% à ce qui est dit dans ce blog :

http://corvus.corax.cowblog.fr/spoilers-la-vie-d-adele-les-cheveux-bleus-qui-ne-cachent-pas-la-nullite-3251964.html

[ SPOILERS] La vie d'Adèle : les cheveux bleus qui ne cachent pas la nullité.

Vous savez les pioupious, je suis allée voir "De rouille et d'os" l'an dernier car mon meilleur ami à qui je ne peux rien refuser m'a proposé. Je le regrette encore aujourd'hui, plus d'un an après. Mais cela ne m'a pas servi de leçon puisque j'ai accepté, pour ses beaux yeux, d'aller à l'avant-première du dernier Kechiche, "La vie d'Adèle".
Et je te le dis pioupiou : c'est la dernière fois que j'me fais avoir par ce p'tit

salaud. Enfin "p'tit" euh ... 1m90 quand même le mec quoi.


Ce film a eu la Palme d'Or et des débats comme quoi Kechiche a exploité l'équipe technique avec interviews et Tumblr à la clé, les actrices elles-mêmes refusent de retourner avec lui tant le tournage était éprouvant et le réalisateur en Primadonna girl (All I ever wanted was the world I can't help that I neeeeeed it aaaall /o/) a bitché en mode "On a trop bitché sur mon film j'suis trop deg je ne veux même plus qu'il sorte".
Le mec pas hypocrite et chiant déjà.

Sachez qu'au départ, "La vie d'Adèle" est l'adaptation LIBRE d'une BD intitulée "Le bleu est une couleur chaude" qui a eu reçu le prix du Public Fnac-SNCF à Angoulême en 2011 comme quoi, c'est pas de la merde. J'aime beaucoup la BD en elle-même mais je sais bien qu'une adaptation surtout dite LIBRE, généralement, ça suit à peine la trame et ça fait son petit bonhomme de chemin.
Laisse moi te dire pioupiou : contente-toi de la bédé, elle est vach'ment mieux.

Kechiche a d'aillers super-bitché Julie Maroh, l'auteure de la BD : il l'a pas remerciée dans son discours de la Palme d'Or, ni invitée sur scène, ni dans les interviews et elle dit elle-même avoir été déçue de son comportement et  des scènes de sexe du film qui sont trop présentes et hétéro-cliché (elle est gay).
Bon, passons au film , donc, synopsis rapido : c'est l'histoire d'Adèle (pas Blanc-Sec, même si un p'tit  verre de blanc sec m'aurait ptêt aidée à tenir la merditude de ce film), lycéenne, qui tombe amoureuse d'Emma, artiste aux cheveux bleus. Voilà. C'est que ça le synopsis ... Et ça dure 2h55.

Après la scène d'intro d'une Adèle qui speede jusqu'au lycée à Lille, une scène SUPER DISTINGUEE PAS BROUILLONNE DU TOUT ET PAS DU TOUT EN MODE "JE METS MES DOCS 14 TROUS DANS LE PLAT POUR TE MONTRER LE SUJET DE MON FILM" (ironie ironie) avec des lycéens de 1ère L qui lisent "La vie de Marianne" de Marivaux (moi perso en 1ère on lisait des polys, pas des gros bouquins comme ça et certainement pas 4 pages à voix haute comme ils le font mébon, Kechiche n'allait pas s'emmerder à faire réaliste) avec des passages genre " Han l'amour pas dit le regret le coup de foudre lalala trop cute".
C'est d'une délicatesse incroyable. Vraiment, wow. J'aurais jamais capté que ça avait un lien si beau avec le reste du film franchement ._. ( Naaah j'déconne. Je rigolais déjà à ce moment là, ça faisait 4 minutes de film. Putain que c'est NUL comme truc)
Adèle a des copines super-chiantes que si je rencontrais des filles comme ça, je les bafferais et y'a un mec qui craque pour elle , un Terminale S qui ne lit rien et qui a une p'tite moustache merdique en pur cliché d'un S. Manquerait plus que les lunettes et le badge WoW , j'te jure. Premier date avec le gars, qui s'appelle Thomas et là,

GROSSE COUILLE DANS LE POTAGE.

J'avais assisté au tournage de la scène de "rencontre coup de foudre" ( le rapport très DISCRET avec Marivaux tu vois) sur un passage piéton à République Beaux-Arts à Lille : ils avaient tourné 5 heures d'affilée non-stop les mecs. J'avais pitié de tout le crew de Kechiche. Et c'est cette scène qui arrive comme elle précède le date.

COUILLE DANS LE POTAGE DONC.

Croquis sous Paint du centre de Lille.
Adèle voit Emma à République Beaux-Arts , or, son RDV avec Thomas est sur la Grand Place.


En jaune, le lieu du RDV avec Thomas , en bleu, la rencontre avec Emma (passke chui subtil com Kechcihe mwa le bleu é 1 couleur chode alors jmet la renkontre en bleu lolol).
LE DETOUR DE GROS MALADE.
SERIEUX.
POURQUOI.
LA DROGUE.

Dans la BD, la rencontre se fait AU NIVEAU DE LA PLACE EN JAUNE , c'est au moins COHERENT. Là, non.
ZE COUILLE IN ZE POTAGE.
Parce qu'en PLUS MEC, Adèle ne va pas EN DIRECTION du truc en jaune dans le film, elle va  A L'OPPOSE. Y'A AUCUNE LOGIQUE dans cette scène.
Y'a que moi qui ait tiqué à voix haut dans le ciné en gueulant un truc du genre " WTF QU ELLE VA FOUTRE A GAMBETTA CPAS LA ROUTE DU TOUT MEUF".
Non mais vraiment ... La grosse connerie. C'est 10/15 minutes de film seulement là hein donc j'vais me calmer un peu c'est juste que là, en tant que Lilloise, c'est vraiment le truc que tu remarques et qui n'a aucun sens du tout. Grosse connerie donc.

Donc elle date Thomas, ils se mettent en couple, elle couche avec (1ère scène de cul)( filmée très bien et pas trop longue, jolie, c'est bien) mais en fait, un jour, une copine la draguotte pour rigoler et elle, en bonne andouille, elle y croit et lui roule une belle pelle le lendemain et se fait NEXT !
( Mais siiii la vieille émission avec les gens dans le bus et leurs présentations cons)




Et là : OMONDIEU CHUI PTET GOUINE JVAIS QUITTER THOMAS AVEC MON AIR DE CHIOT DEPRESSIF.

Et là, scène d'après, au Privilège. Je veux vous faire savoir que les transitions entre les plans sont super brutales et moches et qu'elles feraient mal à un(e) épileptique. On dirait que c'est fait sous une vieille version de Windows Movie Maker.

Bon, retour au Privilège. Un bar gay du Vieux Lille, juste à l'entrée de la Rue Royale quand tu descends la Rue Esquermoise, c'est la rue où y'a Meert et ... OUI BON je passe souvent devant et c'est bientôt soirée goudou. C'est ce week-end d'ailleurs je crois. Il m'a l'air très bien ce bar d'ailleurs, faudrait que j'y aille.

(Faut que j'arrête de faire mon guide Michelin de Lille quand même, ça devient lourd là)

Elle laisse son pote gay Valentin tout seul dedans, ce qui est rigolo puisqu'une connaissance de mon meilleur ami apparaît dans cette scène et va dans un bar lesbien que je sais pas où il est, il était dans Têtu(e) l'an dernier mais j'ai oublié le nom ( OUI JE LIS TETU QUAND JPASSE AU FURET ET JVOUS ENCROTTE) et là, surprise, une meuf aux cheveux ras que j'avais croisée à la boulangerie !

Nan mais c'est vrai pioupiou, j'te jure.
Là, Emma la voit et lui tape discut et le dialogue est si plat et mauvais que tout ce que j'ai trouvé à dire à mon meilleur ami c'est : "On dirait un très mauvais entretien d'embauche". Rien que ça. Adèle qui en L ne connait que Picasso en peintre, ce qui m'a pas aidé à la respecter puisqu'en L, t'as quand même quelques cours d'art et même en général, si tu connais que Picasso, c'est que t'es pas souvent allé à l'école quand même.
Emma s'en va avec sa copine Sabine et le lendemain, Emma va la voir au lycée et la dessine. Y'a encore un dialogue con autour de SARTRE et l'existentialisme comme quoi ça ressemble à Bob Marley (Adèle et ses références cons ._.) et que c'est trrrooop la viiie la philosophiie de ma viiie tu vois c'est si profoooond mes propooos c'est moi Emma l'artiiiiiiste ...

J'ai trouvé l'extrait !

Ca , c'était moi dans le ciné.

 Ensuite, le lendemain, y'a la seule scène que j'ai aimé dans le film car ça m'a rappelé de durs souvenirs : la confrontation avec ses biatches de copines qui la traitent de gouinasse.
Puis, scènes avec Emma, elles folâtrent et SCENE DE CUL DE DIX MINUTES.

Je suis demisexuelle pioupiou, ce qui veut dire que je coucherai pas avec toi à moins de vraiment t'aimer. Ou bien si tu me files du Milka aux Oreo, y'a moyen de s'arranger autour de ça aussi. Ou bien si tu ressembles à Tom Hiddleston. Et que tu me parles français en me donnant du Milka Oreo. Là, y'a trop moyen.


LA SCENE DE FESSES LA MOINS SENSUELLE DU MONDE. J'ai déjà vu des scènes de fist plus romantiques que ça pioupiou, j'te jure. Et mon historique Firefox ne te regarde pas. C'est chorégraphié à mort avec des positions super-cliché et des bruits super-cliché avec des plan-plans, pas proches des corps ni de l'action, et c'est long, c'est long, et c'est nul. Stérile est un bon mot. C'est même pas joli et encore moins excitant, c'est plat comme les nichons de Jane Birkin.

J'me plaindrai plus de la scène de fesses avortée de Michael Kohlhaas tiens. Elle était courte mais elle était belle, ELLE, AU MOINS.

En même temps, rien que les cheveux de Mads crient PORN dans ce film.

Et là, magie, on te dit pas comment Emma quitte sa copine Sabine alors que c'était peut-être intéressant. Non non non, apparemment, quitter sa copine pour une autre , c'était pas assez biiiiien pour être filméééé c'est trop banaaaal . Et puis ensuite ...

Bah merde,j'ai un trou de mémoire. J'ai vu le film y'a un jour et demi et j'ai déjà oublié, ce qui prouve bien que mon cerveau veut oublier cette horreur.

Bon bon bon. Attendez, j'essaie de me référer à la BD pour suivre un minimum. Je crois que c'est l'anniv d'Adèle juste après et là, encore un WTF.

Elle a totalement changé d'amies par rapport au début du film, à peine une heure avant. T'as plus une seule des quatre biatches des premières scènes. Je veux bien qu'elles se soient engueulées mais bon, à ce point-là, y'a des limites quoi, en plus Kechiche te refourgue ça sans aucune explication, genre magie Maggi et vos idées ont du génie (LOL NOPE), on change tout le crew de potes qu'on ne reverra plus du tout dans le film.

Bravo. Utilité : zéro.

Le bon point de cette scène, c'est qu'il y a The Magician Remix de "I follow rivers" de Lykke Li.



\o\ DANCE BABY DANCE /o/

Ensuite ... Une scène où Adèle rencontre les parents d'Emma (Pourquoi ? Sur le coup, tu sais même pas si la scène se déroule le lendemain ou six mois après, comme je l'ai déjà dit, t'as l'impression que c'est monté avec Windows Movie Maker, alors, c'est très confus) et où elle dit qu'elle veut être instit' (LOL NOPE bis je déconseille ça à tout le monde) et où Emma et ses parents font les purs hipsters. Puis, la scène où Emma rencontre les parents d'Adèle (tu sais toujours pas quand ça se passe dans la chronologie, aux chiottes la logique la logistique et l'antimoustiques) et où tout le monde a ri jaune puisque les parents d'Adèle ne savent pas qu'elles sont en couple et les parents sont aux antipodes de ceux d'Emma qui sont présentés comme trokoul.

Ceux-là bitchent sur le fait qu'Emma soit artiste et lui demandent : "Et votre copain, il fait quoi ?" (La question de merde)(j'avais déjà fait un article dessus sur Venom) et elle ment en disant qu'elle a un mec dans le commerce.

RETOUR D'UNE SCENE DE CUL LAIDE A PLEURER.

Bah ouais, les couples, surtout lesbiens, ça baise H24 et ça doigte, ça doigte, ça doigte, c'est un mec hétéro qui a filmé et il a apparemment vu que les films érotiques RTL9 dans sa vie pour faire des scènes aussi mal foutues. Je le plains le pauvre, ça doit pas être la fête dans son slip.

Et là,

ENCORE UNE COUILLE IN ZE POTAGE.

Sans tambour ni trompette ni indication ni pute ni soumise, tu fais un saut de ... quatre, cinq ans (?) (j' ai aucune idée) dans le futur, comme ça, hop là, soyons fous, vive la vie. T'as rien pour piger que c'est plusieurs années plus tard puisque c'est très très mal fait sur le plan technique, Windows Movie Maker style comme j'aime te le rappeler pioupiou.

Adèle et Emma vivent ensemble (donc Adèle a du faire son coming-out auprès de ses parents je suppose, tu sais pas comment ils ont réagi, tu les vois pendant 3 scènes et ils s'en vont alors que ça aurait été bien de filmer ça, j'veux dire, c'est un passage important dans LA VIE D'ADELE (OMONDIEU méwi c'est le titre du film c'est foooou) et que ça aurait mérité à mes yeux d'être vu)(si ça se trouve, ils sont friendly ou bien ils l'ont reniée,tu n'en sauras rien, c'est ptêt La vie d'Adèle mais c'est avant tout une question de ... de ... d'enlever tout ce qui aurait pu être bien et faire des scènes merdiques à la place apparemment)

Emma est artiste-peintre, Adèle est sa muse et elle est instit en maternelle, la belle vie ouiouioui, le collègue d'Adèle, c'est Benjamin Siksou (Mais siiii la Nouvelle Staaar 2008 roooh Pioupiou tes manques de connaissances cathodiques me désespèrent)(je préferais de loin Ycare)( Tiens une vidéo de lui qui massacre mon Dieu de Frank Sinatra) qui est toujours aussi laid qu'un Nazgûl en tongs et il lui fait du rentre-dedans comme le camion-garou dans Supernatural.

Adèle a l'air sensible à son charme tandis qu'Emma bitche et bitche et bitche sur le capitaliiiisme de l'aaart personne me comprend moi j'suis sincère dans mon aaart tu voiiis personne me comprend je suis une artiiiiiste blablabla. Y'a une soirée avec les amis d'Emma qu'Adèle ne connait pas du tout, ce qui est surprenant puisque elle a du avoir le temps de les connaître en quatre, cinq ans ensemble. Je dis cinq ans car Adèle est en Première L au début du film et là, elle a son diplôme de prof et ça se passe en niveau Master, donc ça fait cinq voire six ans après leur rencontre toussa.

De cette longue scène, tu retiens :

1) Les artistes sont des hipsters.
2) Adèle ne sait pas s'intégrer, pire que moi. (Non je déconne)
3) Elle connaît toujours rien à l'art ("Schiele ? Giacometti ? Mais ... Mais je connais pas, j'étais pas née '__' " style)
4) Elle attire les mecs hétéro comme le clown de Ca attire les enfants dans les égouts.
5) Les artistes sont des hipsters et ils font chier le monde.
6) Les lebiennes dorment à poil (scène suivante du coucher)
7) Adèle n'a aucune ambition dans la vie à part faire la bobonne d'Emma (Oui bon, ça arrive chez les gens en vrai, mais c'est chiant)
Cool Emma fait chier en voulant qu'Adèle devienne elle aussi une artiiiiste en écrivaaant tu voiiis pour s'épanooouiiir (Oui car y'a pas d'autres moyens de s'épanouir hahaha être heureuse en vivant son amour, tu déconnes hahaha Adèle ma pauvre ahahah)
9) Les lesbiennes pensent qu'à baiser H24 ...
10) ... sauf qu'Emma a ses règles.

Et bien sûr, Adèle se sent si triste de ne pas être acceptée dans son monde (eeuuuh ... et sa famille ? Ses amis ? Genre tu vois ... ceux qui étaient là à ton anniv ... Valentin le gay et les autres ... ils sont pulà, ils euuuh ... PUTAIN MAIS MERDE Y'A AUCUNE COHERENCE DANS CE FILM PUTAIN) alors elle couche avec Benjamin Siksou.


Et là scène de dispute atrocement chiante car le seul dialogue de cette scène de cinq bonnes longues minutes c'est :

Emma : GROSSE PUTE DEGAGE JVEUX PU TE VOIR !
Adèle : MAIS JE T AAAAIIIMEEEUH PARDOOOOON OUIIIINOUIIIINOUIIIIIIIIIIIIIIN !

C'est rigolo, ça me rappelle la vieille pub Ikéa de la chaise et du p'tit prix pour le coup du "MAIS JE L'AAAAIIIIME !"



Qui met une chaise  comme ça dans sa cuisine ? SERIOUSLY ?

Rupture. Ca pourrait être triste si les actrices avaient pas l'air d'avoir un balai enfoncé si profond dans le cul qu'il doit leur chatouiller le palais. Et si le dialogue était pas aussi pauvre et con et insipide aussi.

Adèle fait sa fête des écoles sur une chanson africaine super répétitive et ma mère aurait pété un câble car en tant que prof en maternelle depuis trente ans, elle sait très bien qu'il faut prendre des chansons avec un tempo QUI CHANGE sinon les gosses ne suivent pas la choré (Pas qu'ils soient cons mais à 3/4 ans, t'es pas forcément Mozart hein) ! Or, les djembé, c'est CHIANT.

Scènes de déprime dignes d'un skyblog 3m0ow' so 2006 avec le fond par défaut noir et rouge, puis euh ... elles se revoient genre trois ans après  dans un café (On te le dit toujours pas, le pouvoir de Windows Movie Maker, tu dois deviner, Kechiche va pas s'abaisser à ton niveau pour te faire comprendre même discrètement (je ne crois pas qu'il connaisse ce mot) que de l'eau a coulé sous les ponts) , c'est un artiiiiiste). Adèle est depuis prof en CP (ça doit être le seul indice comme quoi le temps a passé) et Emma est connue et en couple avec Lise, une fille avec qui elle était très/trop proche à la soirée où Adèle a fait la bobonne.

Emma a une belle vie bien installé alors qu'Adèle chiale et chiale et essaie de la baiser sur la table du café limite.


COUILLE DANS LE POTAGE TROIS.

... Où sont les autres clients ? Le personnel ?
ON PEUT SE TRIPOTER LA TECHA EN PUBLIC MAINTENANT VIVE LA VIE A BAS LES CULOTTES ?
OKAY.
OKAY.
Bah cool écoute même si je doute que la loi t'autorise à caresser tes potes devant quinze personnes comme ça , mais bon euh ... on est plus à ça près je suppose, c'est la fin du film hein.

Mais Emma s'en va et Adèle reste tristoune.
(Elle devrait s'acheter une Hitachi Magic Wand quand même, ça serait pas du luxe)

Dernière scène. Enfin, me dis-je.
Emma expose son boulot et Adèle va la voir, elles se disputent pas et Adèle essaie pas de le se la faire sur le plateau à champagne (ce qui est étrange car si je me fie à ce film, les lesbiennes ne pensent qu'au cul) et regarde l'expo et voit qu'on expose des peintures où elle a posé.
Encore du subtil là chez Kechiche avec les journalistes : "Emma vos anciennes peintures sont en bleu celles-ci sont en rouge vous avez changé ?"

BLEU.
ROUGE.
Couleurs opposées, tu vois, genre elle a totalement changééé en changeant de partenaire c'est subtiiiil.
( Je déconne. Si c'est subtil ça, alors L'ïle des vérites c'est du Terrence Malick)

Emma discute avec un gars et repart sans regarder en arrière, le mec la cherche et part du mauvais côté et le dernier plan, c'est elle qui s'éloigne seule, dans sa robe BLEUE.

Verdict : pour citer Joueur du Grenier, je dirai : "LA SUBTILITE, C'EST POUR LES TAPETTES !". Et encore là, même pas. Les références littéraires ou artistiques sont lourdes, les plans sont plats, nuls, sans saveur, sans relief. Les transitions sont à chier, ça, vous avez du le comprendre. Les dialogues sont pauvres et aussi bien écrits qu'une fanfic Tokio Hotel sur un vieux Skyblog par une fille de 14 ans à l'appareil dentaire taché par du curry. La relation entre les persos est superficielle et les autres personnages servent à rien, on les voit dix minutes, ils ont trois phrases à dire et ils partent en mode trois p'tits tours et puis s'en vont. C'est dommage car des scènes dans la BD auraient pu être mises car elles étaient importantes, et même si ça n'avait pas été pensé à rapport à une BD, genre, le coming-out d'Adèle, c'est un truc important dans sa VIE et quand tu filmes "LA VIE D'ADELE" , tu y penses un minimum quoi, je sais pas ...


Adèle est absolument pas quelqu'un d'attachant à mes yeux, elle a pour seule qualité d'aimer Emma, sinon elle passe son temps à chialer ou gueuler en gros, ce qui est très con comme ce film est sur elle. La seule évolution, c'est sa relation avec Emma, Emma qui est l'archétype de l'artiste hipster pseudo-intello que t'as envie de baffer en soirée.
C'est long et limite pénible car t'as l'impression que Kechiche est en mode "pète plus haut que son cul et brasse du vide". Je sais même pas pourquoi ni COMMENT on a pu donner la Palme d'Or à ce ... truc, et encore moins le produire tant c'est nul et plat et stérile et con et cliché. Même sur le plan technique, c'est raté quoi ... T'as rien à sauver, je me dis même que les séries AB Productions sont mieux foutues que ça. Je vois même pas pourquoi il a fait chier son monde et son équipe pour te filer un étron puant pareil.
Revenir en haut Aller en bas
 
LA VIE D'A et si les cheveux bleus cachaient la nullité ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Floodage sur les Cheveux Bleus!
» ALIBABETTE de Spleen
» pourquoi les héros de manga ont les cheveux bleus
» Galerie de Cheveux Bleus poil aux yeux
» Première coupe de cheveux à quel âge ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'auberge des filles :: La bibliothèque :: Cinéma-
Sauter vers: